La Ptite Graine Folle

C'est l'histoire d'une graine…


13 Commentaires

Juste une question de finitions.

Je n’en n’ai pas parlé ici (remarquez, je parle peu ici depuis cinq mois!). Peut-être parce qu’en parler de manière éphémère en quelques caractères sur twitter c’est plus simple, moins réel. Peut-être pour que ça ne reste pas, pour qu’après la petite couture on oublie cette histoire de rien du tout. Peut-être.
Mais à mesure que la date approche j’ai envie d’en parler, un peu. De vous parler de mes doutes, mais surtout de l’espoir fou qui m’anime.

J’ai fais un bébé parfait. Oui carrément, j’ose le dire. J’ai juste raté une finition, c’est tout. Je sais que ce n’est pas de ma faute, tout ça tout ça, mais quand même, j’ai raté une finition. J’ai commencé à taper cet article il y a déjà un mois, c’était loin, et aujourd’hui je vais vous dire que dans dix jours mon bébé joli va se faire opérer. C’est fou. Une vélo-plastie, pour fermer la petite fente palatine qui nous enquiquine depuis cinq mois. Aurevoir le courant d’air dans sa petite bouche, bonjour les repas plus simples et rapides (Enfin, je dis ça, mais comparé à ses premières semaines de vie, c’est quand même très confortable aujourd’hui).

Mais surtout, surtout, cette opération c’est l’espoir qu’il réussisse enfin à teter, qu’il apprenne et qu’on réussisse à abandonner le tire-lait qui est devenu comme un prolongement de ma poitrine, un ami très pratique mais encombrant et contraignant.
Et l’espoir ça fait vivre.

Bon, maintenant que c’est dit, je vais pouvoir avancer un peu par ici.

 

Edit: j’ai bien conscience que ce post est super mal construit et fouillis. Mais je ne trouve pas les mots.


5 Commentaires

Une saison avec toi.

Il y a trois mois, déjà, tu venais dans notre monde. C’était il y a une saison, ton tout premier hiver.

Il y a trois mois c’était certainement le seul jour d’hiver de ce mois de décembre si doux. Ce jour là, quand je suis sortie pour aller acheter du pain en t’attendant, il faisait si froid que j’ai pensé que tu étais un peu fou de vouloir sortir un jour pareil. Mais de manière générale cette journée avait un goût de folie.

Cet hiver a été le plus incroyable de ma vie. On s’est rencontré, on s’est reconnu, et depuis on se comprend un peu mieux chaque jour. J’ai appris à prendre le temps de te regarder évoluer, j’ai oublié ce qu’est l’ennui mais découvert le manque de contact avec le reste du monde.
Tu es fascinant quand tu découvres ce qui t’entoure avec tes grands yeux, quand tes premiers éclats de rire raisonnent, quand tu souris à la vie dès ton réveil.
Tu es effrayant quand le moindre écran t’hypnothise ou quand tu dors les yeux ouverts.

Cette saison, cet hiver tout doux, ce n’était que le début d’une longue série de nouveautés et de découvertes pour toi, pour moi, pour ton papa, et j’ai hâte de te voir évoluer dans les saisons à venir.

Trinquons à ce joli printemps.

image


9 Commentaires

Animalerie

S’il y a bien une chose que je savais avant de devenir une véritable maman complètement gaga, c’est que nous ne sommes que des animaux.
Je savais que pour accoucher il me faudrait laisser l’instinct animal prendre le dessus et je pensais la même chose en ce qui concerne l’allaitement.
Ce que je ne savais pas par contre c’est qu’en donnant la vie à un petit garçon, j’allais me retrouver avec une véritable ménagerie!

-Sa tête de petit oisillon mignon quand on le déplace alors qu’il dort. Sa tête de piaf aux joues pleines quand il a fini de manger.

-Ses cuisses de grenouilles les premières semaines.

-Ses petits pleurs quand il est fatigué qui ressemblent à de petits miaulements. Ses mouvements de chat qui se frotte quand il cherche le sein pour un câlin.

-La tendresse d’un petit ourson à la guimauve quand il s’endort contre nous.

-Ses bruits de petit cochon-gremlins quand il mange et qu’il a très faim, vite vite vite!

-La position de petit koala qui s’agrippe quand je le met dans l’écharpe.

…et toujours moi pour le renifler et le couver, bien sur.

 

Ho tiens, un hamster!!


18 Commentaires

Il était une fois un bébé d’un mois déjà!

Il me fallait bien un mois pour revenir par ici vous conter notre nouvelle vie. Un mois passé quelque part sur un nuage avec le Facteur et notre petit garçon. Un nuage doux, sucré, plein de promesses de rêves, mais aussi tumultueux, surprenant, parfois pluvieux.

Dans la soirée du 20 décembre 2011 (c’est facile à retenir, ça fait 2012 2011!! ) un petit bonhomme est né. Je ne vous raconte pas à quel point il est le plus beau bébé du monde, vous vous en doutez (et vous avez certainement aussi le/les plus beau(x) bébé(s) du monde!). Il est arrivé, il a tout bouleversé, et finalement rien n’est plus normal que son arrivée.

Je n’en reviens pas que ça fasse déjà un mois. Il faut dire qu’après une semaine complète passée à la maternité puis les allers-retours en pédiatrie des deux semaines suivante, le temps ne pouvait que filer. La course folle n’a pas aidé à prendre le temps.

Un mois déjà. La vie est folle, la vie est belle. Chaque jour il est plus beau encore à mes yeux, chaque jour il est un peu nouveau, et chaque jour j’ai la sensation qu’il est là depuis bien plus longtemps que ça. Oui. Un mois qui parait avoir démarré hier tout en ayant duré une éternité.

Maintenant on prend le rythme et bientôt  il va falloir que je vous raconte notre semaine à la maternité, son équipe de choc, notre nouvelle vie, mon accouchement (peut-être pas ici), mais aussi et surtout à quel point le Facteur est un super-héro.

Enfin, pas tout de suite. Là je vais retourner coller mon nez dans le cou de mon bébé parfait.


12 Commentaires

Muffins "sans" pour les grands gourmands.

J’ai une sale manie, j’aime remplacer les œufs dans les gâteaux par de la banane. C’est à la limite de l’obsession! Il n’y a pas de raison particulière à ça, mais j’aime. Ca apporte un quelque chose en plus, et bien sur des oeufs en moins. D’ailleurs c’est une bonne habitude à prendre, puisque le fiancé de ma belle-soeur chérie est allergique aux oeufs.

Bon, tout ça pour vous dire que très souvent j’empêche le chéri de manger certaines des bananes que j’achète, jusqu’à ce qu’elles soient trop mûres et que je sois O-BLI-GEE de les utiliser pour cuisiner. Oui, trop triste comme obligation! Et hier après-midi j’avais deux bananes qui semblaient appeler à faire des gâteaux. J’ai donc fait des muffins, et ils étaient tellement bons que je partage la recette avec vous.

Ha oui, j’oubliais de vous dire, non seulement ils sont sans oeufs, mais en plus ils sont sans beurre (mais pas sans matière grasse).

Il vous faudra donc:

-250 gr de farine
-140 gr de sucre
-1 demi sachet de levure (ou l’équivalent en bicarbonate)
-50 gr de purée d’amande
-30 gr d’huile
-20 cl de lait de soja à la vanille
-2 bananes
-de la pâte à tartiner (là j’ai utilisé de la "Brunette", la pâte praliné qu’on trouve au Pain Quotidien)
-du pralin pour mettre sur le dessus ( facultatif mais primordial!!)

Préchauffez votre four Th 6.
Dans un grand saladier, mélangez la farine, le sucre et la levure.
Dans un bol, écrasez vos deux bananes puis ajoutez la purée d’amande, l’huile et le lait et mélangez.
Incorporez rapidement, sans trop travailler la pâte, votre préparation liquide aux poudres.
Versez une première partie de la pâte dans vos moules à muffins, puis déposez une cuillère de pâte à tartiner dans chaque alvéole, et enfin recouvrez du reste de pâte.
Saupoudrez le tout d’un peu de pralin :)

Enfournez pour 15 à 20 minutes.
Attendez un peu histoire de pas vous brûler la langue, et dégustez!!

 

 


11 Commentaires

La lune, les recettes miracles et la petite voix.

J’essaie de faire taire la petite voix au fond de moi qui me dit depuis quelques jours que c’est pour ce week-end. Elle est gentille cette petite voix, je l’aime bien, j’ai envie de la croire… (En plus elle m’a boosté dans mes ateliers du père noël! Efficace la petite voix!) Mais je sens bien que si je l’écoute trop je vais être un peu déçue.

Mais ce week-end c’était la pleine lune, la dixième lune depuis la conception de notre petit Ponyo. Et il paraitrait que ce soit la fameuse lune qui fait naitre les bébés. Alors moi, comme je suis un peu bête et que j’aime les histoires de lune, j’ai laissé la petite voix me dire des choses.

Et puis il y a tous les bébés de noël qui sont déjà nés, ceux des nouvelles mamans dans ma "vraie" vie, et ceux des nouvelles maman de ma vie virtuelle. Alors forcément, quand il ne reste plus que toi, la petite voix est toujours là. Elle te dit que tu es la suivante. Elle te dit qu’on n’attend plus que toi, plus que lui.

Elle se fait plus forte avec cette (belle-) famille si pressante… alors que toi, à la base, tu veux le garder bien au chaud ton petit garçon. Chacun y va de son petit conseil, de ses astuces pour "le faire arriver plus vite". Tu as beau dire qu’il arrivera quand il voudra, que c’est très bien comme ça et que tu l’aimes là où il est, ils insistent. Encore et encore.
Moi je finis par regarder ailleurs, dans le vague, me couper de la conversation et ne plus répondre. Ils finiront peut-être par se lasser.

Enfin quand même, elle est forte cette petite voix. Elle s’est mise dans un coin de ma tête et elle ne me quitte plus. Je ne veux pas la croire, et en même temps j’espère…elle est coriace, elle est convaincante et elle est même contagieuse. Le chéri lui fait écho à présent.

Voilà, maintenant je suis comme sur le quai d’une gare. J’ai ma valise à la main, je suis arrivée en avance parce que c’est un voyage qui m’enchante, mais je ne sais pas quand va passer le train. Il lui reste encore 20 jours, il est loin d’être en retard.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 558 followers